L’exportation directe signifie qu’un producteur ou un fournisseur vend directement son produit sur un marché international, soit par l’intermédiaire d’intermédiaires – tels que des représentants des ventes, des distributeurs ou des détaillants étrangers – soit en vendant directement le produit à l’utilisateur final.

Quels sont les inconvénients de l’exportation directe ?

Les inconvénients de l’exportation directe sont les suivants: les exportateurs directs sont exposés à plus de risques car ils assument la double responsabilité de la fabrication et de la commercialisation. Ils sont également soumis aux risques des marchés nationaux et étrangers. Comme dans le cas des exportations directes, un exportateur assume de nombreuses responsabilités de production, de distribution et de commercialisation, le capital requis est plus élevé. Un exportateur direct nécessite une vaste connaissance non seulement des domaines de la production et de la commercialisation, mais également des situations sociales, culturelles, économiques et politiques qui prévalent dans les pays étrangers. Les petites entreprises et les industries artisanales peuvent éprouver des difficultés à exporter directement en raison de l’insuffisance des infrastructures et des connaissances sur les marchés étrangers. Les exportateurs directs peuvent ne pas être en mesure de profiter d’économies de distribution à grande échelle. Les exportateurs indirects peuvent combiner plusieurs livraisons ensemble et bénéficier d’économies de distribution à grande échelle.

Organisation pour l’exportation directe

Une entreprise novice dans le domaine de l’exportation ne traite généralement pas ses ventes à l’exportation directe de la même façon que les ventes intérieures, en utilisant le personnel et les structures organisationnelles existants. Cependant, à mesure que les ventes et les demandes de renseignements à l’étranger augmentent, la société peut séparer la gestion de ses exportations de celle de ses ventes intérieures. Lorsqu’une entreprise sépare une entreprise internationale d’une entreprise nationale, elle peut le faire à différents niveaux de l’organisation. Par exemple, lorsqu’une entreprise commence à exporter, elle peut créer un service d’exportation avec un directeur à temps plein ou à temps partiel qui relève du chef des ventes et du marketing sur le marché intérieur. À un stade ultérieur, une entreprise peut choisir d’augmenter l’autonomie du service des exportations au point de créer une division internationale qui relève directement du président.

Ventes directes aux utilisateurs finaux

Une entreprise peut vendre ses produits ou services directement à des utilisateurs finaux dans des pays étrangers comme les entreprises canadiennes par exemple. Ces acheteurs peuvent être des gouvernements étrangers; des institutions telles que les hôpitaux, les banques et les écoles; ou des entreprises. Les acheteurs peuvent être identifiés lors de salons professionnels, par le biais de publications internationales ou par le biais de contacts avec le gouvernement. L’entreprise doit savoir que si un produit est vendu de cette manière directe, les exportateurs sont responsables de l’expédition, de la collecte des paiements et de l’entretien du produit, sauf si d’autres dispositions sont prises. À moins que le coût de la prestation de ces services ne soit intégré au prix à l’exportation directe, une entreprise pourrait finir par gagner bien moins que prévu.