Les erreurs à éviter lors de la création d’une SARL

La création d’une SARL (Société à Responsabilité Limitée) exige au préalable une bonne connaissance des spécificités de ce statut juridique. Cela vous épargnera des surprises désagréables. Ainsi, certaines erreurs sont impérativement à éviter lors de la constitution de votre SARL.

Un mauvais choix du siège social de l’entreprise

Pour créer une SARL, vous devez fournir une adresse de domiciliation aux services de l’administration. Le siège social d’une entreprise doit être unique. Il correspond à l’adresse administrative de l’entité. Cette adresse doit figurer sur l’ensemble des documents commerciaux (factures, bons de commandes et bien d’autres). Elle est également indispensable pour l’immatriculation de la société. Vous avez plusieurs possibilités de choix de domiciliation. En effet, la loi permet aux initiateurs de projet de domicilier le siège de leur société au domicile d’un dirigeant de celle-ci (gérant, président, directeur général ou autres). Elle n’autorise pas une domiciliation de siège chez un associé. Vous avez toutefois la possibilité de domicilier le siège de votre entreprise au sein d’une société de domiciliation. Dans ce cas, pour immatriculer votre SARL, vous devez fournir un contrat de domiciliation au registre du commerce et des sociétés. Les loyers du bail commercial sont généralement élevés. Cela pourrait alourdir votre budget. Lors de la création de votre entreprise, vous devez donc bien analyser les différentes solutions possibles afin de choisir celle qui vous parait la meilleure.

Ne pas prendre le temps pour étudier le marché

L’étude du marché est une étape clé dans le processus de création de société. Elle vous permet de valider la faisabilité commerciale de votre projet. Cette étude vous permet aussi de vous assurer que votre produit répond aux attentes du marché. Elle vous permet de rassembler, de trier et de formaliser des données sur le marché. L’étude du marché vous permet d’avoir une vision globale de son évolution à court et à long terme. Il ne revient pas au marché de s’adapter à votre produit. Soit il l’accepte soit il le refuse. Vous devez donc bien l’étudier avant de lancer votre projet. Vous devez savoir à l’avance les potentiels clients de votre entreprise. Il est nécessaire de connaître leurs caractéristiques. Cela vous permettra de les classer par catégories afin d’adapter votre démarche commerciale à chaque type de client. L’étude du marché vous permet aussi de connaître vos principaux concurrents. Sur la base des insuffisances de ceux-ci, vous pouvez savoir quoi de neuf apporté à la population afin de permettre à votre société de se faire une place.

Faire l’impasse sur le plan business

Le plan business est le premier document réclamé par les potentiels partenaires financiers de votre projet. Il fournit de détails sur le fonctionnement de la société. Il vous permet de structurer vos idées. Ce document inclut les points forts de votre entreprise ainsi que ses points faibles. Sans le business plan, vous n’aurez pas accès à des financements auprès des actionnaires ou des banques. Un bon business plan vous permet de convaincre ceux-ci en prouvant la faisabilité du projet. En plus du financement, ce document vous permet de convaincre les futurs partenaires de votre société. Il constitue également un point de repère après le lancement de votre entreprise. Le business plan vous permet de faire une comparaison entre les résultats déjà obtenus et prévisions. Une mise à jour régulière de ce document vous permet de suivre l’évolution de chacune des phases de création de société et de son développement. Vous devez donc prendre soin de bien rédiger votre business plan.

Ne pas protéger son projet

La création d’une entreprise part d’un projet élaboré par les associés fondateurs. Vous devez mener les démarches nécessaires afin de protéger votre projet de création d’entreprise, notamment lorsqu’il s’agit d’une innovation. Les démarches varient suivant les cas. Pour une création technique innovante, vous devez déposer un brevet. Pour protéger un signe qui distingue les services ou les produits de votre entreprise, vous devez faire un dépôt de marque et un nom de domaine pour le site internet de la société. Pour la protection des droits d’auteur, il vous faudra faire un dépôt de modèles et de desseins. Après la signature des statuts de la SARL, vous devez aussi remplir d’autres formalités afin de finaliser la création de la personne morale. Vous devez par exemple publier un avis de constitution d’une société. Cet avis doit être publié au journal des annonces légales du département où se trouve le siège de la société. Vous ne devez pas aussi oublier de compléter « la déclaration de création d’une personne morale ».

Ne pas bénéficier des aides à la création d’entreprise

Le financement d’une SARL est une préoccupation majeure pour tout dirigeant. Pour cela, vous devez vous rapprocher des organismes capables de vous venir en aide. Les aides sont sous diverses formes (prêts aux taux avantageux, subventions, ou autres). Vous devez également vous renseigner sur les aides dont vous pouvez bénéficier de l’État en fonction de votre statut (demandeur d’emploi, salarié, travailleur handicapé et bien d’autres). La chambre de commerce ou la chambre des métiers peut vous accompagner dans cette démarche. Vous ne pouvez pas également vous passer de conseils juridiques et administratifs. Avant le lancement de la société, vous devez investir de l’argent (création de statuts juridiques, achat de fournitures, annonce légale, frais de greffe ou autres). Vous devez maitriser les données financières comme le tableau de trésorerie, la gestion des taux de TVA, le compte de résultat et bien d’autres. Il serait de votre intérêt de vous faire accompagner par un expert-comptable dès le lancement de votre projet. Les services d’un avocat vous seront également utiles lors des formalités juridiques au tribunal de commerce.