James C. Collins est devenu l’un des plus grands auteurs dans le domaine de la gestion au cours des 20 dernières années. De manière précise et minutieuse, il étudie les fondements de la transformation des entreprises à succès. Collins est un visionnaire, méticuleux dans ses objectifs et aime rêver tout haut. Ses plans de recherche s’étendent souvent sur une période de plusieurs années. Au début des années 1990, M. Collins, son collègue Jerry Porras et une équipe de chercheurs ont mené des recherches fructueuses sur 18 entreprises, dont Procter . Les résultats de cette recherche ont conduit à la publication du livre Built to Last, un best-seller qui démystifie les mythes et les vérités des entreprises à succès. Consultez la liste ci-dessous :

12 Idées vraies et fausses sur les entreprises qui réussissent

Les investissements d’un entreprise ou des entreprises débutent tous d’une recherche de capital. Le placement de la production a besoin des taux financiers pour savoir l’économie, le prix des produits. Le financement des investisseurs marche sur une stratégie surtout dans les entreprises. Dans les industries, le plan d’achat suit sa croissance d’un terme dans les actions de rendement durable. Le groupe doit suivre les services des sociétés en débutant par l’enseignement de l’emploi , le bourse des produits et les marches ainsi la rentabilité de l’entreprise serait important avec un risque inférieur . Une grande entreprise commence par une grande idée. Faux : certaines entreprises visionnaires démarrent sans plans ni idées bien définis. Les organisations qui réussissent ont des objectifs ambitieux. C’est vrai : Collins et Jerry Porras aiment les appeler MEGAAs : Big, Risky and Audacious Goals. Par exemple, l’objectif de Ford était de “démocratiser l’automobile”, celui de Microsoft était “un ordinateur sur chaque bureau et dans chaque foyer”. Les MEGAA doivent être directement liés à l’essence de l’entreprise et être capables de mobiliser les gens.Les entreprises visionnaires ont des valeurs fondamentales similaires. Faux : les entreprises qui réussissent ont des valeurs fondamentales différentes. Ce qui importe vraiment, c’est que les employés croient aux valeurs de l’organisation et agissent en accord avec elles. Les entreprises visionnaires sont souvent caractérisées par une culture d’entreprise. C’est vrai : ils sont très consciencieux quant à la conduite qu’ils attendent de leurs employés. Ils encouragent le sentiment que le fait de travailler avec eux fait d’eux des professionnels spéciaux et éveille un haut degré d’engagement. Parfois, les programmes de formation et les rituels auxquels les nouvelles recrues sont soumises – comme le fait de chanter l’hymne de l’entreprise – ressemblent plus à de l’endoctrinement qu’à de l’éducation. Les organisations qui réussissent ne sont pas en danger. Faux : ces entreprises ont le courage de se fixer des objectifs ambitieux et une grande volonté de les atteindre. Les entreprises visionnaires préfèrent se développer pour engager des dirigeants . C’est vrai : ces entreprises n’engagent pas de cadres de haut niveau, elles préfèrent développer leurs propres/nouveaux dirigeants. En recherchant un leadership fort et continu, ces organisations assurent le maintien de leurs valeurs fondamentales à l’avenir. Le succès est le résultat d’une planification stratégique complexe et brillante.

Les entreprises et leurs expériences

Le crédit ou prêt par exemple en euro dans les banques, conçu par les entreprises de la France requière une banque bien  confiant et compétant des services de paiement et financement. Surtout dans l’immobilier, les particuliers cherchent des prêts avec un taux élevé en suivant la ligne du secteur vers une plateforme avec des millions qui marche dans la gestion et offres  bancaire. La technologie facilite le mode de paiement des financiers. Le montant demandé par les clients doit être sous une assurance et bonne gestion des services . Les clients veulent tous baigner dans une consommation et service des acteurs en montant l’offre et taux plus abondement. L’immobilier serait en retour une cause pour que les entreprises acceptent de se ruer dans l’innovation. Faux : en fait, les entreprises qui réussissent font plusieurs expériences. Ils progressent par tâtonnements, échouent et recommencent à zéro. Les entreprises qui réussissent ont des dirigeants charismatiques. Faux : les entreprises visionnaires sont dirigées à la fois par des dirigeants visionnaires et par leurs propres employés. “Assez bien” n’est pas dans le vocabulaire des entreprises visionnaires. La vérité : ils ne s’attardent pas longtemps sur les succès d’aujourd’hui ; au contraire, ils se concentrent sans relâche sur l’obtention de résultats encore meilleurs demain. L’un des moyens dont disposent ces entreprises est de mesurer et de comparer les résultats en permanence. Les entreprises qui réussissent ont pour priorité de surmonter la concurrence.Faux : les entreprises visionnaires veulent avant tout se conquérir elles-mêmes. S’ils surpassent la concurrence au cours de ce processus, ils considèrent qu’il s’agit d’un petit bonus.Les entreprises qui réussissent s’engagent trop dans leurs essais La vérité : si quelque chose fonctionne, il reste ; si ça ne fonctionne pas, il est jeté. Cet effort ne se présente pas en termes d’échec et de succès, mais d'”expérimentation”. L’acte d’expérimentation est une invitation à une évaluation honnête et empêche les intérêts personnels de primer.  Les gens aiment travailler pour des entreprises visionnaires.Faux : ce genre de société a une idéologie si forte qu’il n’y a pas de juste milieu – on l’aime ou on la déteste.Les concepts et les stratégies de James C. Collins, ainsi que d’autres penseurs tels que Stephen Covey, Peter Drucker, Robert Quinn et Philip Kotler, seront abordés lors du plus grand séminaire de gestion et d’affaires qui aura lieu, pour la première fois au Brésil, le 20 novembre. Les 4 piliers de la gestion et de l’entrepreneuriat – leadership, organisation, stratégie et exécution – seront présentés de manière dynamique, pratique et intense par Ben Tiggelaar, l’un des chercheurs les plus influents dans ce domaine.

L’investissement et la base 

Les investissements d’un entreprise ou des entreprises débutent tous d’une recherche de capital. La gestion d’un projet pour un bon développement vers l’innovation de la société serait nécessaire. Le placement de la production a besoin des taux financiers pour savoir l’économie, le prix des produits. Le financement des investisseurs marche sur une stratégie surtout dans les entreprises. Dans les industries, le plan d’achat suit sa croissance d’un terme dans les actions de rendement durable. Le groupe doit suivre les services des sociétés en débutant par l’enseignement de l’emploi , le bourse des produits et les marches ainsi la rentabilité de l’entreprise serait important avec un risque inférieur . Les entreprises requirent tous un investissement ou un point de départ appelé capital. La recherche des investisseurs est déjà une marche vers le développement de l’entreprise. La croissance du rendement durable se base sur la production et stratégie de la société. Le groupe attend le placement du capital et le rendement avec un plan de financement . Le cours de l’organisation pour l’environnement envers les sciences de l’entreprise concernes tous individus qui se définira par apprentissage et théorie des programmes de développement. Le crédit ou prêt par exemple en euro dans les banques, conçu par les entreprises de la France requière une banque bien  confiant et compétant des services de paiement et financement. Surtout dans l’immobilier, les particuliers cherchent des prêts avec un taux élevé en suivant la ligne du secteur vers une plateforme avec des millions qui marche dans la gestion et offres  bancaire. La technologie facilite le mode de paiement des financiers. Le montant demandé par les clients doit être sous une assurance et bonne gestion des services . Les clients veulent tous baigner dans une consommation et service des acteurs en montant l’offre et taux plus abondement. L’immobilier serait en retour une cause pour que les entreprises acceptent de se ruer dans l’innovation.