La création d’une entreprise est un projet qui nécessite de la réflexion et de la préparation, autant sur le projet que sur le promoteur lui-même. Avoir de bonnes idées n’est pas suffisant, mais il faut établir un plan solide et chercher à répondre aux diverses questions qui se posent. Créer une entreprise exige une disponibilité constante, une implication dans toutes les étapes et un investissement important. Les différentes étapes préalables devront être respectées pour démarrer l’activité sereinement et pour assurer le succès de l’entreprise.

Valider l’idée de projet de création d’entreprises.

Parmi de nombreuses idées de projet, il faut commencer par bien choisir et fixer une idée de création d’entreprises répondant aux demandes locales en matière de mode. Il peut s’agir d’une nouvelle conception ou d’une activité de fabrication de produits similaires à ceux qui existent déjà sur le marché local. Il est primordial de définir exactement un business-modèle pour bien se projeter dans le démarrage de l’activité et pour aller beaucoup plus loin que l’étape de l’idée. Dans ce stade, il faut consacrer un peu plus de temps pour effectuer une étude de marché et collecter les informations nécessaires afin d’affiner le projet. S’informer principalement sur la concurrence, les cibles potentielles, la tendance de mode  locale, les différents produits locaux existant sur le marché et leurs producteurs respectifs. La motivation, l’implication et l’investissement du promoteur sont les facteurs essentiels déterminant la réussite de l’entreprise. Mais pour le promoteur puisse bien se focaliser sur son projet, il est très important d’étudier la compatibilité de sa situation avec son projet sur le plan managérial, professionnel et financier. Il doit prendre conscience que de gérer une entreprise implique son mode de vie, l’économie  familiale et sa situation professionnelle. Le promoteur doit avoir une forte capacité de gestion pour assurer le développement durable de son entreprise.

S’informer sur la création d’entreprises et les actions à mener.

Après avoir pris la décision de création d’entreprises de tendance made in local et validé l’idée de projet, l’étape à suivre est l’information sur la création d’entreprises et les actions à mener. De diverses informations sont disponibles auprès des chambres de commerce. Ces informations dirigent la réalisation des différentes étapes à suivre comme l’établissement des statuts juridiques, du business plan et la recherche du financement. Elles permettent d’avoir des connaissances générales sur la création d’entreprises de mode. Faire des échanges avec les autres créateurs d’entreprises dans le même secteur est une opportunité pour avoir plus d’informations et d’accompagnements. Il est donc conseillé d’intégrer dans des réseaux ou associations de producteur d’articles de tendance locale et d’être en contact avec d’autres porteurs de projet. La réflexion devra être fixée sur certains points. Étant un employé dans une entreprise, le promoteur doit réfléchir et prendre une décision s’il va quitter son boulot ou le cumuler avec son activité. Il doit penser aussi s’il doit parler de son projet avec son employeur, parler d’avance son projet de création d’entreprises avec son banquier ou des investisseurs potentiels. Il faut aussi qu’il se pose des questions sur les points suivants : la protection de son idée de marque, de son concept de mode local et de son idée ; la possibilité de démarrer l’activité et son intérêt d’intégrer à un réseau de franchise; son aptitude et ses compétences au lancement de son projet et sur le respect de certaines obligations et des critères envisagés pour l’exercice de l’activité comme des diplômes et des connaissances en mode local made in France.

Élaborer un business plan et faire les points sur les aides à la création d’entreprises de mode locale.

Le principal élément du business plan est l’étude du marché, qui est déjà effectuée dans les autres étapes, mais doit être bouclée. Ensuite, il convient d’établir des états prévisionnels qui mettent en chiffres le projet afin d’obtenir une vision économique et financière de l’entreprise. Ces états prévisionnels permettent de définir la rentabilité du projet, le financement nécessaire pour pouvoir lancer le projet, l’estimation de chiffre d’affaires et des revenus engendrés par l’activité dans l’année à venir. Il s’agit ici d’une simple projection de l’activité proprement dite en matière de chiffre d’affaires et des charges relatives à l’activité comme les dépenses de personnel et les frais généraux. C’est à ce stade que la recherche des fournisseurs, l’origine des matières premières, de personnels somme le styliste et les modèles, et des prestataires doit commencer. Les propositions offertes par ces derniers sont très importantes pour affiner le prévisionnel. Tout en établissant le prévisionnel, il est temps de s’informer sur les aides dont les porteurs de projet bénéficient dans le cadre de la création d’entreprise locale de mode, comme l’attribution des aides, accompagnement ou prêt à taux zéro par les organismes de soutien; la sollicitation des aides selon la nature de l’activité ; l’exonération provisoire des charges sociales et l’obtention des aides prévues par la région. Il y a beaucoup d’aides possibles pour les promoteurs ayant des projets de création, ceux-ci sont recommandés de rejoindre les boutiques de gestion et la chambre de commerce pour se tenir informés des dispositifs existants et de toutes les conditions pour pouvoir en bénéficier.

Boucler le financement du projet et trouver un lieu pour exercer l’activité.

La première idée sur l’enveloppe de financement nécessaire pour le lancement du projet dépend essentiellement des aides que le promoteur peut bénéficier et surtout des états prévisionnels. Pour couvrir les imprévus durant la réalisation du projet, il est recommandé d’envisager un budget plus important que le besoin de financement prévu. Il y a certains projets qui n’ont pas besoin de financement, mais les projets d’entreprise de mode  nécessitant des investissements dépendent des financements. Le montant du budget de financement du projet peut être réuni à partir des apports personnels apportés par le promoteur lui-même, des apports des associés ou investisseurs qui s’associent au porteur du projet, les financements que les banques ou établissements de crédit peuvent octroyer et les aides financières que le promoteur peut bénéficier. Une fois les financements réunis, il faut entamer la recherche du local pour exercer l’activité. Le local doit être accessible, d’une superficie suffisante pour exercer l’activité, d’une visibilité importante et répondant aux critères requis par l’entreprise. Si possible, s’installer dans le quartier où des entreprises ou boutiques vente de produits locaux  et tendance locale se trouvent est un atout. Pour la bonne gestion de l’entreprise, si la possibilité financière le permet, il faut éviter de travailler chez soi ou chez les clients.

Préparer le dossier d’entreprise et démarrer l’activité.

S’il ne s’agit pas d’une entreprise individuelle, dès que le statut est bouclé et validé par les associés, l’étape suivante sera la préparation des dossiers de création en suivant les phases suivantes : dépôt des apports en numéraire en compte bloqué à la Caisse des Dépôts et des consignations, chez un notaire, dans une institution de crédit ou une banque ; établissement des statuts définitifs et la signature de tous les actionnaires ou associée; la nomination du ou des dirigeants et le mandataire pour effectuer les démarches de la création ; la sélection du journal d’annonces et la publication de l’avis de création d’activité; la récupération d’une copie du rapport du commissaire aux apports et la collection des pièces indispensables au montage du dossier de création. Après constitution du dossier de création, le mandataire peut se rendre au centre de formalité des entreprises ou envoyer par courrier le dossier ou encore procéder à l’immatriculation sur le site internet. Pour la protection des biens immobiliers, il doit faire une déclaration d’insaisissabilité chez un notaire. Un récépissé de dépôt de dossier de création d’entreprises et un extrait d’immatriculation seront envoyés par le centre dès que l’entreprise de tendance made in local est immatriculée. L’activité peut démarrer après cette étape sans oublier de souscrire une assurance afin de couvrir l’activité.