Chaque fois que les entreprises se rendent compte qu’elles ne peuvent plus traiter les commandes qu’elles ont obtenues avec leur organisation de production actuelle, elles essaient d’optimiser le processus de production. Les raisons en sont les coûts croissants de l’équipe supplémentaire – travail éventuel le week-end, main-d’œuvre supplémentaire, etc. En conséquence, les marges sont consommées jusqu’à ce que les coûts marginaux ne soient plus couverts. Si l’entreprise arrive à optimiser ses processus, elle peut d’un coup traiter plus de commandes et ainsi augmenter son chiffre d’affaire. Des fois des solutions simples sont suffisants comme le fait d’avoir un flux de production plus fluide. 

Créer la transparence

Une première étape dans l’optimisation de la production consiste à créer la transparence. De nombreuses entreprises ne disposent pas de systèmes de mesure tels que l’OEE (Overall Equipment Effectiveness), le SPC (Statistical Process Control) ou l’analyse des temps d’arrêt et des arrêts pour évaluer leur propre productivité. Le “bon” ou le “mauvais” est plutôt un sentiment que la connaissance. Par conséquent, de nombreuses entreprises ne savent pas quel potentiel réside dans leur production en éliminant les déchets. Par conséquent, l’objectif premier est également d’assurer une production mesurable, sans défaut et stable. Ce n’est qu’à ce moment-là que la production et les processus devraient être rationalisés pour devenir le processus de base à valeur ajoutée. Cette démarche peut paraître anodine mais très efficace. Sa performance se fait ressentir tous de suite.   

Les domaines à améliorer 

La qualité de travail est un point clé. 

Tous se concentrent sur la création de valeur

Les activités à pure valeur ajoutée représentent environ cinq pour cent du chiffre d’affaires de l’entreprise. Les meilleures entreprises représentent 8 à 9 %. Tout le reste est un travail sans valeur ajoutée. Parfois nécessaires comme le nettoyage, le changement de produit, l’entretien et le contrôle de qualité – mais le plus souvent superflues comme les temps d’arrêt, le ralenti, les petits arrêts, les défauts et les retouches. Les premiers doivent être réduits au minimum, les seconds éliminés. L’accent est mis ici sur les stocks excessifs de matières premières, les transports inutiles, les temps d’attente, la surproduction et les processus surdimensionnés.

Les solutions logicielles aident

Afin de passer la production au peigne fin pour éliminer et minimiser les éléments, l’utilisation de solutions logicielles est logique. En outre, les experts doivent interpréter ces résultats et aider à mettre en œuvre les suggestions visant à optimiser la production.

Travail temporaire : utilisation flexible des travailleurs

Dans certaines régions, il est devenu presque impossible de trouver des employés qualifiés et adéquats. Néanmoins, ils sont indispensables pour traiter les commandes gagnées. Une possibilité d’améliorer cette situation est offerte par la coopération avec les spécialistes du recrutement des agences de travail temporaire, qui est intégrée dans la stratégie de l’entreprise en tant que partenariat. Dans ce cas, les employés recrutés peuvent être conservés par l’entreprise à long terme après avoir prouvé leur aptitude et, en outre, des remplaçants peuvent être obtenus rapidement et efficacement tout en conservant les ressources humaines propres de l’entreprise. Cependant, il est important de séparer le bon grain de l’ivraie et de trouver des agences de travail temporaire qui conviennent à l’entreprise et aux employés dont elle a besoin et qui sont disposées à travailler en toute transparence avec les entreprises.

Gestion de la chaîne d’approvisionnement

Des carnets de commande pleins signifient une charge complète pour la chaîne d’approvisionnement. Qu’il s’agisse de fret maritime, terrestre ou aérien, de services de messagerie, de courrier express et de colis (CEP), d’entreposage, de l’informatique et des processus associés ou de la gestion des marchandises, tous les segments doivent s’harmoniser pour que les commandes soient exécutées et livrées dans les délais. Il est important de répondre aux exigences de flexibilité, aux demandes des clients et à la fiabilité des livraisons. En outre, la chaîne logistique doit être constamment surveillée et coordonnée avec les domaines adjacents tels que l’expédition et l’emballage de vente, en particulier lors de l’ouverture de nouveaux marchés et canaux de distribution. Afin de pouvoir se positionner solidement ici pour l’avenir, il est important d’avoir accès à des données de référence pour les prix et la qualité.

Approvisionnement mondial

La voie des marchés publics mondiaux peut également être un moyen de réduire l’augmentation des coûts marginaux pendant la phase d’expansion. Jusqu’à présent, de nombreuses entreprises – en particulier les moyennes entreprises – ont évité de s’approvisionner dans les pays à meilleurs coûts. Selon une étude de la HTWK de Leipzig, une entreprise moyenne sur deux seulement achète des produits préliminaires à l’étranger. Cela signifie que ces entreprises renoncent à des économies de 10 à 30 %.

Lors du déploiement d’activités de sourcing mondial, il est important de connaître le nouveau marché. Cela peut être assuré par votre propre présence ou par des partenaires de coopération ou des consultants. Parce que – les économies ne doivent pas être englouties par des frais généraux et une logistique plus complexe. Par conséquent, il faut toujours se concentrer sur le coût total de la propriété. En outre, si les conditions locales ne sont pas connues, il existe un risque de nuire à l’image de marque de l’entreprise si les produits préliminaires sont fabriqués dans des conditions qui ne répondent pas aux normes de la région DACH.