Acheter une entreprise, c’est faire correspondre ses compétences et son expérience à ce qui est disponible sur le marché. Bien que l’achat d’une entreprise existante puisse être moins risqué à certains égards que le lancement d’une entreprise à partir de zéro, vous devez vous assurer de faire vos devoirs et de poser les bonnes questions avant de prendre cette décision.

L’achat d’une entreprise : identifier une opportunité

Vous devez d’abord choisir un secteur d’activité qui vous intéresse. Vous devez également tenir compte de la taille de l’entreprise que vous recherchez et du nombre d’employés. D’autres considérations sont la localisation géographique de l’entreprise existante et le coût d’exploitation dans cette zone. Une fois que vous avez établi quelques conditions de base pour votre recherche d’entreprise, vous pouvez commencer à chercher des opportunités spécifiques. Si vous ne savez pas quel type d’entreprise est disponible à la vente dans votre région, vous pouvez toujours consulter les petites annonces dans le journal local ou en ligne.

Les courtiers en entreprises constituent une autre option pour trouver une entreprise à acheter, car ils mettent en relation les acheteurs et les vendeurs. Les courtiers procéderont également à un examen minutieux de l’entreprise à vendre afin de vous protéger et de vous guider dans le processus proprement dit. Toutefois, ils prélèvent une commission qui fait augmenter le prix d’achat.

Les étapes à suivre lors de l’achat d’une entreprise

Une fois que vous avez identifié une entreprise à acheter — soit par vous-même, soit par l’intermédiaire d’un courtier en entreprises — il y a plusieurs étapes à suivre pour vous assurer que vous prenez une bonne décision.

– Engager des négociations précoces

En général, lorsqu’un vendeur dit qu’il est intéressé par la vente d’une entreprise, il devra toujours informer du prix demandé et de certaines conditions de vente de base. Vous ne pouvez pas encore faire beaucoup de négociations, car vous n’avez pas encore assez de détails sur l’entreprise. Toutefois, si le prix est trop élevé ou si vous n’êtes pas à l’aise avec une qualification préalable, vous pouvez partir et continuer à chercher. Si les premières conditions semblent être un point de départ raisonnable, vous pouvez passer à l’étape suivante.

– Signez une lettre d’intention

Dans la plupart des cas, vous et le vendeur signerez une lettre d’intention non contraignante qui énumère le prix de vente préliminaire et les conditions que vous avez tous deux acceptées. Cette lettre contient également un accord de confidentialité afin que vous puissiez enquêter sur l’entreprise. La lettre d’intention donne également un délai ; vous avez souvent entre 60 et 90 jours pour effectuer l’audit préalable de l’entreprise.

– Faire preuve de diligence raisonnable

Il est important d’examiner la structure et les finances de toute entreprise que vous envisagez d’acheter. Vous avez probablement besoin de l’aide de votre comptable et/ou de votre avocat pour cette enquête. Il est essentiel de comprendre pourquoi le propriétaire vend l’entreprise. Est-ce parce que l’industrie est en faillite ou parce que l’entreprise elle-même est en difficulté ? Vous ne voulez pas vous embarquer dans des problèmes dont vous n’avez rien à voir. Vous devez également comprendre le marché, la part de marché de l’entreprise et les possibilités de croissance.

L’entreprise a-t-elle la possibilité d’être rentable ? Vos coûts d’exploitation vont-ils augmenter pour une raison extérieure ? Combien de licences et de permis devrez-vous conserver pour exploiter cette entreprise ?

L’examen des papiers de la société — y compris les déclarations fiscales — des dernières années, des baux commerciaux et de tous les actifs et stocks qui accompagneront l’entreprise peut vous donner plus d’informations sur l’état des finances de la société. Vous devrez également vous assurer qu’il n’existe aucun privilège sur l’entreprise ou sur ses actifs. Vous devez également vous efforcer de parler de l’entreprise et de ses pratiques avec les clients, fournisseurs et autres vendeurs actuels et passés.

– Évaluer la valeur

Après avoir effectué votre contrôle préalable de base, votre avocat et votre comptable vous aideront à approfondir les finances de l’entreprise afin de déterminer la valeur de l’entreprise et de comparer cette valeur à celle que le vendeur souhaite pour l’entreprise. Certaines personnes engagent un évaluateur d’entreprise pour faire cette détermination.

– Créer un contrat d’achat

Votre avocat rédigera un contrat d’achat qui comprendra le prix d’achat et les biens (tels que les stocks, les listes de clients et les contrats) qui seront inclus dans la vente. Cet accord peut également inclure des détails sur les responsabilités relatives aux produits ou services qui ont déjà été vendus ou fournis. Si le vendeur doit rester en tant que conseiller ou employé, cela doit également figurer dans l’accord. à ce stade, il peut y avoir des négociations des deux côtés sur le prix, les bâtiments et autres actifs ainsi que sur les plans de paiement. Une partie de cette négociation peut également porter sur le financement du vendeur ; si vous pouvez obtenir un financement du vendeur, il peut être plus facile d’obtenir d’autres types de financement, car le risque pour le prêteur sera moindre.

– Sécuriser le financement

Vous devrez obtenir un financement pour l’achat de votre entreprise. Vous devrez généralement faire établir le prix d’achat avant de pouvoir conclure la plupart des accords de financement ; vous pouvez toutefois commencer à examiner vos options à l’avance. Vous pouvez obtenir de l’argent auprès de diverses sources de financement pour effectuer votre achat, comme les banques ou les coopératives de crédit, les amis et la famille, ou les subventions. Le financement du vendeur peut également être une option qui vous est offerte ; vous et le vendeur devriez avoir déjà discuté de cette possibilité avant cette date. Pour obtenir un prêt auprès d’une banque, vous devez disposer d’une garantie et remplir une demande de prêt. Le prêteur voudra également obtenir des informations sur l’entreprise que vous souhaitez acheter, notamment des états financiers, des déclarations fiscales et une copie de votre plan d’entreprise pour montrer comment l’entreprise va évoluer. Le vendeur doit connaître le statut de votre demande de prêt ; des lignes de communication ouvertes permettent d’éliminer toute confusion.

– Contrat de vente

Lorsque tout a été convenu, les deux parties signent tous les documents nécessaires. Cela peut se faire dans un cabinet d’avocat ou par l’intermédiaire d’un notaire. Ces documents comprennent tous les contrats, y compris l’acte de vente, tout document de transfert de biens ou de véhicules, des formulaires de vente en gros, toute la paperasserie en relation.

Il ne vous reste plus qu’à donner l’acompte au vendeur et vous êtes maintenant propriétaire d’une entreprise !