Le site commence a monter en puisance car une grande partie des reglages est realisee. Il ne reste plus qu’un peu de fine tuning a faire des mon retour en France. Ici avec un environnement en russe cela m’est difficile (vous avez du vous rendre compte que mes textes manquaient cruellement d’accents).

Dans ce billet, je souhaite faire le lien entre le mental et l’idée.

En effet, si vous attendez d’avoir trouver une idée de création révolutionnaire (l’idée de votre vie) alors vous risquez effectivement d’attendre toute votre vie, voire même un peu plus longtemps.

Plus vous attendez, plus vous pensez, moins vous trouvez et plus vous déprimez (c’est du vécu). Est ce que cela doit vous empêcher de créer et d’entreprendre ? Non

Avec des amis on a organise un brainstorming d’idées de création.
Qu’en est il ressorti de concret et d’exploitable ? Rien, rien sauf une chose, ce slogan « Vous n’avez pas d’idées, nous non plus ».

Avec un peu de recul, je suis satisfait de cette séance car j’ai compris que je ne devais pas m’arrêter sur le fait d’avoir ou non une idée géniale mais que c’était la dynamique qui comptait et qu’il ne fallait surtout pas la rompre.

Ainsi, ce n’est pas parce que vous n’avez pas trouve une idée géniale qu’il faut soit déprimer, soit s’arrêter, voire les deux a la fois.

Rien ne sert d’attendre l’idée de votre vie ou bien de se torturer pendant des années pour en affiner une. Il vaut mieux enclencher une dynamique.

Pour cela vous pouvez :

1- Prendre une idée, même quelconque, et avancer dessus. En travaillant sur un sujet votre esprit va commencer a se secouer et de fil en aiguille, plein d’idées nouvelles vont apparaitre. C’est en forgeant que l’on devient forgeron et les idées c’est comme l’argent ça ne poussent pas sur les arbres sauf peut être pour Isaac Newton (l’exception qui confirme la règle :-) ).

2- Oublier le révolutionnaire, le novateur, le produit/service du siècle. Il ne s’agit pas forcement d’être novateur mais plutôt différent. Et c’est cette différence qui doit intéresser les gens. Qui y-a-il de novateur dans la vente de pastèques ??… alors que vendre des pastèques carrées, c’est différent. Je ne suis pas révolutionnaire dans le produit mais je suis différent dans l’approche, dans la manière de le vendre. Et ce n’est pas que du marketing car cette différence peut être une source de valeur aux yeux de mes clients et c’est ce qui importe.

En travaillant sur ces deux axes, on se rend compte que l’on a beaucoup d’idées. Notez les, mêmes les plus farfelues. Le tri se fait dans un second temps (ne pas casser la dynamique). Avant, il faut s’étudier soi-même (nous y reviendrons).

Pensez aussi que l’année 2009 représente un tournant, sur un plan économique bien sur, mais aussi sur un plan sociétale. Les modes de consommation ont et vont continues de changer. Ils seront différents de ceux que l’on a connu depuis les années 70. Et c’est la ou la crise devient un vecteur d’opportunités (la aussi nous y reviendrons).

En attendant, train your brain.

Articles similaires