J’ai beaucoup aimé une partie du discours de Lula, l’ancien président brésilien, lors du sommet des altermondialistes à Dakar.

C’est bref, c’est concis, c’est synthétique mais tout, vraiment tout y est :

« L’ordre économique mondial ne serait plus façonné par quelques économies dominantes.

En Amérique du Sud, mais surtout dans les rues de Tunis et du Caire et de tant d’autres villes africaines, renaît l’espoir d’un monde nouveau. Des millions de personnes sont en mouvement contre la pauvreté à laquelle elles sont soumises, contre la domination des tyrans, contre la soumission de leur pays à la politique des grandes puissances. Trop longtemps, les pays riches nous ont considéré « comme des périphéries problématiques et dangereuses », mais ceux qui, avec arrogance, donnaient des leçons sur la façon dont nous devions gérer notre économie n’ont pas été capables d’éviter la crise, née au centre du capitalisme mondial. »

No comment!!!

Et nous de notre côté, que fait-on ?

On propose de taxer davantage les plus values mobilières. Sachant que cet argent sert à investir dans les entreprises et que dans 90% des cas les seuils de cession ne dépassent pas 25 000 euros par an.
Encore une idée qui va pousser les petits épargnants à investir dans la pierre plutôt que dans l’actionnariat. De ce fait, la pierre (qui créée de la richesse, c’est connu) va augmenter et la part d’investisseurs non-résidents (c’est à dire étranger dans nos entreprises va augmenter.

Bon, rien de neuf sous le soleil, on n’est plus à une aberration prêt.
A quand un Lula en France ?

Articles similaires