Seulement les 30 % des entrepreneurs sont des femmes en France. Cela est surtout dû aux problèmes psychologiques ainsi qu’aux manques de financement. Ainsi, pour aider les femmes qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat, la Professeure à l’ESSEC, Viviane de Beaufort a mis en place un programme « Entreprendre au féminin ».

Le réseau Entreprendre au féminin

Bien que ses enjeux sont clairement définis, le réseau Entreprendre au féminin ne visent pas seulement les femmes. Ce programme regroupe plus de 1 1400 membres ou lauréates et il compte parmi les importants réseaux de femmes chefs d’entreprise. Pour devenir lauréates, certains critères de sélection sont requis. Cela permet d’optimiser les qualifications de chaque candidate. En effet, le futur entrepreneur doit être capable de gérer et d’évoluer dans le monde de l’entrepreneuriat. Après la sélection, un accompagnement et une facilité de financement seront accordés à l’élu. L’assistance des entrepreneurs se déroule en e-learning et plusieurs réseaux professionnels collaborent ensemble pour soutenir ces femmes.

L’entrepreneuriat des femmes

Selon les études menées par Viviane de Beaufort, il existe des écarts significatifs entre les hommes et les femmes dans le domaine de l’entrepreneuriat. Seulement 28 % des entrepreneurs sont des femmes. De plus les 70 % des femmes chefs d’entreprise rencontrent des difficultés dans l’adaptation de la vie familiale avec la vie professionnelle. Certaines d’entres elles ont même du mal à étudier le marché, les comportements des clients ainsi qu’à trouver des sources de financement. Par ailleurs, on peut citer d’autres associations qui ont pour objectif d’accompagner : Femmes entrepreneurs, Action’elles et Cartier Women’s Initiative Awards. En outre, des Journées de l’Entrepreneuriat Féminin ont lieu à Marseille chaque année. Cet événement permet d’inciter les femmes entrepreneurs à réaliser leur rêve d’entreprendre.

Les secteurs d’activités les plus choisis par les femmes

En général, les femmes œuvrent dans les entreprises de service, l’éducation et l’aide à la personne pour leur création d’entreprise. Les secteurs de l’industrie et de la nouvelle technologie sont les moins choisis, peut être en raison de l’insuffisance des moyens de financement. En outre, les femmes entrepreneurs ont tendance à commencer par les TPE et PME.

Articles similaires