La délégation d’autorité est une pratique managériale importante qui consiste à faire faire les choses par d’autres en partageant l’autorité avec eux. Il s’agit de la délégation par un individu à un autre du droit d’agir, de prendre des décisions, de demander des ressources, d’ordonner à d’autres d’agir et d’effectuer d’autres tâches afin de remplir les responsabilités du poste. La délégation a lieu lorsqu’une personne donne à une autre le droit d’effectuer un travail en son nom et pour son compte, et que la seconde personne accepte un devoir ou une obligation correspondante de faire ce qui lui est demandé. Il convient de noter que la délégation est l’octroi de pouvoirs à des subordonnés et l’exigence de leur responsabilité lorsque le volume de travail à accomplir dépasse la capacité d’un individu.

Délégation de pouvoir par un chef d’entreprise.

Grâce à la délégation, le gestionnaire partage la charge de son travail avec les autres en confiant à d’autres la réalisation de la partie du travail qu’il devrait autrement faire lui-même en fournissant un moyen de contrôler le travail qui est fait pour lui afin de s’assurer qu’il est fait comme il le souhaite. Tous les pouvoirs du gestionnaire ne peuvent être délégués. Aux fins de la délégation, une telle autorité a été divisée en trois catégories :. les pouvoirs qui doivent être délégués, tels que le pouvoir de prendre des décisions pour l’accomplissement des tâches ; les pouvoirs qui peuvent être délégués, tels que l’administration des politiques les pouvoirs qui ne peuvent être délégués, comme le pouvoir de prendre des décisions politiques. L’entreprise d’un homme ne nécessite aucune délégation car le propriétaire-gérant effectue lui-même toutes les tâches. Mais avec la croissance de la taille et de la complexité des entreprises, la délégation devient essentielle. Elle permet d’obtenir une aide substantielle pour un gestionnaire surchargé de travail et, par conséquent, qui manque de temps pour tout faire lui-même, en partageant le savoir-faire, la responsabilité, l’autorité, les informations budgétaires, les matériaux et l’équipement dans la mesure nécessaire pour que le travail soit fait et réalisé. En ce qui concerne l’aspect technique des affaires, la délégation, par l’attribution de tâches, permet de prendre des décisions plus rapidement et d’éliminer un système d’information lourd. En termes de comportement, la délégation peut satisfaire les exigences de l’homme en matière de responsabilité, de reconnaissance et de possibilité d’exercer son autorité.

Composantes d’une délégation efficace.

Le processus de délégation couvre les trois éléments suivants :.

Confier la responsabilité de la performance au subordonné ; l’octroi de l’autorisation d’utiliser les ressources et de prendre les décisions nécessaires à l’exercice de cette responsabilité ; et Création d’une responsabilité ou d’une obligation de la part de la personne qui accepte l’autorité de s’acquitter de ses fonctions en fonction des normes établies. Ces trois attributs de la délégation (Responsabilité Autorité Responsabilité ou RAA) sont comme les trois pieds d’un tabouret, qui sont tous interdépendants. 1. Confier la responsabilité.

La responsabilité est la obligation d’une personne pour accomplir les tâches/fonctions qui lui sont assignées. La responsabilité découle d’une relation supérieur-subordonné, c’est-à-dire que le supérieur (gestionnaire) a le pouvoir d’exiger des services spécifiques d’un subordonné. L’autorité passe du supérieur au subordonné, lorsque des tâches sont assignées ; et, en même temps, la responsabilité est l’obligation du subordonné d’accomplir ces tâches. En tenant un subordonné pour responsable, le supérieur ne se décharge d’aucune partie de la responsabilité initiale. La délégation n’autorise qu’une seule autre personne à entreprendre le travail. En réalité, la responsabilité est une série d’obligations contractées entre deux niveaux d’organisation quelconques. Image : Pyramide organisationnelle de la délégation de pouvoirs. La responsabilité passe par toute l’organisation. Le processus de délégation prend la forme d’une pyramide. à la tête de la société se trouvent les actionnaires, qui confient la tâche de gérer une société au conseil d’administration. Le conseil d’administration tient le président ou le directeur général responsable de la performance opérationnelle totale. Il occupe à son tour différents vice-présidents, directeurs adjoints responsables des fonctions de marketing, de production et de finances. Ils répètent le processus, ce qui entraîne une série d’obligations à remplir à différents niveaux de l’organisation. Au plus bas, les superviseurs tiennent les opérateurs de machines du personnel opérationnel, les employés de bureau responsables de leurs activités. Si la tâche assignée n’est pas accomplie au niveau le plus bas, le superviseur est responsable de l’action de ses subordonnés jusqu’au niveau supérieur et ainsi de suite jusqu’à l’échelle. Une chose est à noter : bien que le travail soit partagé, la personne qui assigne la tâche est toujours responsable des résultats obtenus. Avant que la responsabilité puisse être attribuée, certaines conditions doivent être remplies :.

La charge de travail doit être répartie entre les membres du personnel. Les emplois individuels basés sur les unités de responsabilité sont spécifiés en regroupant les fonctions similaires dans des programmes de travail individuels, c’est-à-dire que le principe de la similarité fonctionnelle « doit être suivi ». Il convient d’éviter les chevauchements de responsabilités. Les lacunes en matière de responsabilité se développent lorsque toutes les exigences relatives à l’exécution des travaux n’ont pas été correctement prévues. La délégation de responsabilité doit être évitée pour les fonctions qui ne contribuent pas aux objectifs de l’organisation. Octroi d’une autorisation.

L’autorité

L’autorité est le droit d’accomplir certaines tâches assignées. Il s’agit du pouvoir d’ordonner ou de commander et est délégué par le supérieur au subordonné pour qu’il s’acquitte de sa responsabilité dans le cadre du travail qui lui est assigné. La quantité d’autorité doit être proportionnelle aux responsabilités assumées ; la responsabilité et l’autorité doivent être équilibrées. Mais dans la pratique, cet équilibre est rarement atteint. Parce que de nombreux facteurs incontrôlables, tels que les changements inattendus dans les préférences des consommateurs, les actions des syndicats, la législation gouvernementale et les fluctuations des cycles économiques, empêchent les dirigeants d’atteindre les objectifs. Si le supérieur est au courant des temps, il tient souvent compte des imprévus. Il convient de noter que :.

L’autorité semble plus souhaitable pour les membres de l’organisation que la responsabilité. Mais il est toujours dans l’intérêt de l’organisation et de l’individu de se préoccuper davantage d’élargir ses obligations que d’exiger une plus grande responsabilité. Accorder l’autorité ne signifie pas donner ou abandonner l’autorité. Un gestionnaire, lorsqu’il assigne des tâches à ses subordonnés, leur délègue des pouvoirs mais, en même temps, conserve l’autorité générale pour la bonne exécution des tâches assignées. Création de la responsabilité.

L’obligation de rendre des comptes s’étend vers le haut à travers une organisation, c’est-à-dire que chaque gestionnaire est tenu de rendre des comptes à son supérieur. La responsabilité ne peut être déléguée. Le secret de l’application de la responsabilité est que la mesure des performances doit se faire par rapport à un plan opérationnel spécifique, basé sur les objectifs de l’entreprise. De plus, l’individu n’a de comptes à rendre qu’à un seul supérieur immédiat, et pas plus. La raison en est que la responsabilité unique favorise non seulement la discipline, résultant d’une bonne compréhension de ce qui est attendu de l’individu, mais aussi la coordination et minimise les conflits d’intérêts. La délégation de pouvoirs est jugée importante parce que : l’énergie et le temps d’un individu sont limités et il ne peut donc pas faire plus que ce qu’il est capable de faire. Son travail est donc réparti entre les autres pour que le travail soit accompli efficacement. Certaines activités sont assez complexes et nécessitent une expertise pour les mener à bien. Les services de spécialistes du personnel sont donc utilisés en déléguant une partie de la responsabilité. Lorsque les activités ne sont pas diversifiées mais aussi dispersées sur un vaste territoire, de nouvelles succursales doivent être ouvertes et celles-ci nécessitent une délégation de pouvoir aux personnes qui y travaillent sous l’égide du siège social. La délégation est une étape cruciale dans le développement de la gestion, car elle offre au gestionnaire de vastes possibilités d’expression et de progrès personnel en lui permettant de prendre des décisions sur de nombreuses questions vitales à son propre compte. En bref, la délégation de pouvoir est une nécessité lorsque le travail coûte trop cher en argent et en temps pour un gestionnaire. En général, les tâches de routine nécessitant des décisions programmées sont déléguées à des subordonnés.