Comment créer son business en Thaïlande ?

La Thaïlande est un pays très attirant : des paysages somptueux du nord au sud, des plages idylliques, une population très accueillante, un coût de la vie nettement plus bas que dans nos pays européens… Toutefois, il convient de se méfier avant de se lancer. Comme souvent, derrière la carte postale, le décor est sensiblement différent. À l’instar de nombreux pays asiatiques, les Thaïlandais sont légalement privilégiés dans le monde des affaires, afin de préserver leurs emplois. Il convient donc de prendre quelques précautions.

Soyez en règle avec un E-Visa

Avant de partir en Thaïlande, il est essentiel d’être en règle au niveau du visa. Pour faire des repérages et des rencontres sur le terrain en vue de la mise en place d’un business sur place, un visa touristique pour la Thaïlande est nettement suffisant. En tant que citoyen français ou de l’Union Européenne, vous êtes exempté de visa si vous restez moins de 10 jours sur place. De 15 à 30 jours, cela dépend de votre point d’entrée sur le territoire thaïlandais (par l’avion, par la route ou par le bateau). Vous pouvez alors obtenir un visa pour la Thaïlande, en l’achetant au poste-frontière. Néanmoins, pour tout séjour supérieur à 30 jours, il est vivement recommandé de recourir à un site spécialisé dans l’obtention de visa pour la Thaïlande. Vous pourrez alors, en quelques clics, faire une demande de visa touristique spécial allant jusqu’à 60 jours. Votre aventure en Thaïlande peut désormais commencer.

Trouvez un secteur niche

En visitant la Thaïlande à la recherche d’idées de business ou de commerces à développer sur place, vous vous trouverez sûrement confronté à une réalité que le touriste lambda, en général, ignore. Dans les régions touristiques, les prix des terrains et des locaux commerciaux sont en effet aussi élevés qu’en Europe. De plus, si vous comptez ouvrir un établissement luxueux à la française, sachez que la clientèle Thaï n’est pas forcément la plus adaptée à ces goûts. Vous risquez fortement de vous adresser à une clientèle composée d’expatriés fortunés que de locaux. De plus, sachez que de nombreux investisseurs tournent depuis de nombreuses années autour du secteur touristique en Thaïlande. La meilleure façon de se démarquer d’une concurrence féroce, c’est de trouver une niche, une idée originale en terme de produit ou de service qui n’a pas encore germé sur place, et de vous distinguer par ce biais.

Attention aux lois sur la propriété

C’est sans doute le plus gros frein à l’établissement d’un business en Thaïlande, et même à toute tentative d’investissement dans l’immobilier. Au pays du sourire, les étrangers ne peuvent au maximum posséder que 49% d’une propriété, qu’il s’agisse d’un commerce ou d’une maison. Ainsi, vous ne pourrez jamais réellement posséder un bien de façon majoritaire. Toutefois, fort heureusement, il existe certaines manières légales de s’accommoder de cette contrainte. La plus évidente est évidemment l’association avec un partenaire qui détiendra la part restante – et majoritaire – du bien. Il convient ici de choisir rigoureusement cette personne, car les arnaques existent dans un pays où de nombreux citoyens peinent à accéder à la propriété dans les régions touristiques. Dans tous les cas, il est conseillé au mieux de maîtriser la langue Thaï, dans tous les cas de solliciter les services d’un expert juridique francophone avant d’entamer toute procédure.

Articles similaires