Alors : Are you Pigeon ?

Pigeons, pigeons, gentils pigeons ????

Telle une chanson, c’est un vrai show qui vient de se dérouler sous nos yeux en l’espace de quelques jours.

On se refait le film pour mieux comprendre :

Pour rappel, le gouvernement annonce qu’il va taxer davantage les plus values issues de la cession de titres d’entreprises notamment les start up.

Rapidement, un mouvement naît et regroupe nombres d’entrepreneurs, connus et moins connus, issus du monde des start up (surtout celles associées au e-business). En moins de 3 jours ils arrivent à truster les gros titres des médias et à obtenir un rendez vous avec le gouvernement. Rendez-vous à l’issu duquel ils obtiennent des aménagements du projet de loi controversé.

Là, on dit BRAVO, même un double bravo.

Bravo parce que trop taxer tue la taxe et la fameuse compétitivité  que l’on recherche tant ces derniers temps.

Bravo parce qu’un mouvement de la société civile a réussi à se faire entendre.

MAIS, car il y a toujours un mais. Ce qui est dérangeant c’est la vitesse à laquelle a su accéder aux requêtes des pigeons. Car cela démontre ou du moins tend à infirmer que les seules personnes que l’on écoute sont celles avec un fort pouvoir de nuisance médiatique. Pas économique mais bel et bien médiatique.

Et cela dans une démocratie est plutôt inquiétant. Car cela signifie que seul le paraître, au travers l’informationnel, compte plus que la valeur qu’elle soit éthique, économique ou philosophique.

Alors, certes c’est une victoire pour les Pigeons (dont nous comprenons et partageons le combat) mais c‘est une défaite pour la démocratie car cet épisode démontre à quel point cette dernière est en souffrance.

Articles similaires